Projet de solidarité internationale Vietnam 2015

L’Equipe

Claire Bregman (3e année ESTACA), Présidente de l’ESTACAIDE :

 Effectuer un projet de solidarité internationale est pour moi une évidence, quand j’étais petite je voulais « guérir la planète et changer le monde » puis je me suis rendue compte qu’on ne pouvait pas aider le monde entier mais, petit à petit, les choses peuvent changer. C’est donc sans hésitation que je me suis lancée dans cette aventure. J’aimerais soutenir et améliorer les conditions de vie d’une population, rendre leur quotidien plus facile à vivre. Ce sera aussi l’occasion de découvrir un pays, une culture différente, partager mes connaissances et échanger avec ces personnes, et je pense qu’un projet tel que celui-ci m’apportera énormément sur le plan personnel.

Anne Karpeltzeff (3e année ESTACA), Vice-présidente de l’ESTACAIDE :

            J’ai énormément de plaisir à reprendre les rênes de l’ESTACAIDE et du projet Vietnam cette année.

Nous avons d’ailleurs beaucoup de chances d’avoir pu réunir une équipe motivée, soudée et très entreprenante pour assurer la pérennisation d’un projet entrepris depuis deux ans déjà.

Sur le plan personnel, je suis très responsabilisée sur le fait de mener un tel engagement tout au long de l’année, chercher les fonds nécessaires et être la représentante de toute une équipe et de ses ambitions.

Surtout, je suis sure que nous aurons l’exclusivité de vivre une expérience humaine inédite et un enrichissement culturel hors du commun en  réussissant à emmener ces douze personnes au Vietnam afin de permettre l’amélioration des conditions de vie de familles de Sampaniers.

 

Odile Reverdin (3e année ESTACA), Trésorière de l’ESTACAIDE :

Cela fait quelques années que l’idée de monter un projet de solidarité internationale m’intéresse et c’est avec joie que je vais enfin pouvoir le réaliser cette année avec l’ESTACAIDE. J’ai déjà eu une action de bénévole en France (collecte de dons alimentaires, distribution de soupe à des sans-abris) et j’aimerai pouvoir le faire également à l’étranger et le mettre au service de l’association au Vietnam cet été. Cette belle expérience me permettra d’aider le village où nous allons travailler, tout en découvrant une culture différente de la nôtre et surtout échanger avec ces personnes.

Suzanne Henrat (3e année ESTACA), Secrétaire général de l’ESTACAIDE :

 Depuis des années je rêve de faire quelque chose qui ait un réel impact et ce projet en aura un. Sur moi d’une part, car tout au long de l’année je vais avoir des responsabilités vis-à-vis des membres de l’équipe et des gens que nous souhaitons aider, ainsi que sur les familles et les orphelins que nous allons rencontrer au Vietnam, à qui nous allons fournir des logements, des infrastructures, une éducation et notre motivation. Cette aventure me fera voir le monde sous un aspect qui m’est encore inconnu et me fera grandir. Cette expérience me tient à cœur et sera une étape importante dans ma vie.

 

Jules Abbar (2e année ESTACA)

 Je souhaiterais faire partie du projet de solidarité international organisé par l’ESTACAIDE cet été. J’ai toujours été intéressé  par l’Asie depuis mes voyages effectués au Cambodge et en Thaïlande où j’ai découvert une population très amicale et ouverte malgré sa pauvreté. Ma principale motivation est de découvrir une nouvelle culture et d’aider des orphelins vietnamiens qui n’ont pas eus ma chance de vivre dans des conditions plus respectables. De plus j’aimerais participer à l’organisation de ce projet de solidarité international ce qui me permettrais de découvrir les différentes manières de récolter des fonds et d’apprendre à travailler en équipe.

 

Jules Fournier (3e année ESTACA) :

 Le projet au Vietnam est pour moi une belle expérience qui comporte plusieurs grands intérêts. Dans un premier temps, c’est l’occasion pour moi de prendre part à un projet complexe qui demande des qualités d’organisation importante, car il s’agit de travailler tout au long de l’année sans se perdre dans le mirage du temps restant et de réaliser ce projet avec collaboration importante au sein de l’association afin d’obtenir un résultat brillant. Dans un deuxième temps, c’est une occasion unique de découvrir la culture et la société vietnamienne d’un point de vue  non pas de touriste mais beaucoup plus proche de la vie quotidienne des gens. Il me semble que de partager la vie quotidienne sur un chantier est beaucoup plus constructive qu’une visite du pays et de ses monuments historiques. La dimension humaine est aussi très primordiale, car il s’agit de venir en aide à une population dont la culture est très différente et de s’y intégrer afin d’être vraiment efficace.

Ludovic Fraumar (5e année ESTACA) :

             J’ai eu la chance immense de participer au projet humanitaire Vietnam 2011 avec 9 amis de l’ESTACAIDE. Cette expérience est l’une des plus riches et des plus importantes qu’il m’ait été permis de vivre et je me réjouis que cette initiative se pérennise. Après la mission humanitaire 2012, voici que se prépare le projet 2013 qui s’annonce aussi exceptionnel que les précédents.

L’opportunité s’est présentée de faire partie de la nouvelle équipe de l’ESTACAIDE : la saisir était une évidence, et ce pour plusieurs raisons. D’une part, j’ai la chance d’intégrer un groupe de camarades motivés et qui attachent aussi une grande importance aux valeurs humaines. L’envie de voir l’évolution du travail de l’ESTACAIDE et la possibilité de faire de nouvelles actions sont également un moteur naturel. Mais par-dessus tout, mon émerveillement pour le Vietnam et sa culture et surtout les liens forts que j’y ai tissés (notamment avec mes deux filleuls Lê Thien The et Lê Thien Nhan de l’orphelinat de Duc Son) me donnent envie d’y retourner.

Quentin Guyon (2e année ESTACA) :

J’ai décidé cette année de participer au projet de l’association Estacaide qui projette d’aller au Vietnam dans le cadre d’une action humanitaire. Je souhaite en effet m’investir pleinement dans ce projet tant par l’aspect découverte d’une autre culture que par l’apport de mes compétences  à un but précis qui est de construire et d’aménager des espaces pour la population locale. Lors de ce voyage je compte partager mon dynamisme et ma motivation au sein du groupe et apporter tout ce qui est en mon pouvoir pour mener à bien ce projet pour le moins louable.

 

Jean-Charles Hardy (3e année ESTACA) :

 Ce projet humanitaire est  important pour moi. En effet, il me permettra d’offrir mon aide à des enfants  qui n’ont malheureusement pas eu beaucoup de chance dans leurs vies. J’espère donc que mon aide physique sur les différents sites de construction sera utile.  De plus, les échanges avec les personnes que je rencontrerai seront, à n’en pas douter, très enrichissants.  J’aurai donc l’occasion de découvrir un pays et une culture différente.

Jean Liebaert (3e année ESTACA) :

Ce projet constitue une opportunité formidable tant pour la collectivité soutenue que pour nous même. Cette association d’entraide internationale me permettra de me dépasser moi-même tout en œuvrant pour autrui.

Ce projet nous permettra également de découvrir un peuple, une culture, car c’est en vivant parmi les habitants que nous pourrons les découvrir.

Ce voyage est quelque chose d’important pour moi.

Vincent Mahieu (2e année ESTACA) 

 Si j’ai décidé d’intégrer cette association c’est tout d’abord dans le but de pouvoir véritablement m’investir dans un projet d’aide à l’international concret et surtout de pouvoir le mener à bien du début à la fin (le plus important pour moi). Ceci en recherchant les fonds nécessaires dans un premier temps et en effectuant le travail sur place dans un second temps.

 

Margot Miscopein-Saler (2e année ESTACA) :

 Ce projet de solidarité internationale me tient beaucoup à cœur, il me permettra d’apporter mon aide à des personnes qui n’ont pas reçu autant que moi ainsi que de me rendre utile.

Je pense que cette mission et les personnes rencontrées à cette occasion vont m’apprendre une nouvelle façon de vivre et de voir les choses. En dehors de l’aide physique, j’aimerai pouvoir offrir le plus d’aide et de soutien affectif possible à ces personnes, et plus particulièrement à ces enfants que la vie n’a pas épargnés.

Cette mission est la plus belle manière de découvrir un pays et sa culture. Je pense beaucoup apprendre en partant au Vietnam tout un été.

 

Paul Sotter (3e année ESTACA) :

 J’aimerais vraiment partir avec l’ESTACAIDE cet été afin d’apporter mon aide aux Sampaniers, j’ai envie de découvrir leur culture, de manger avec eux, partager leurs coutumes. Etre vraiment au contact de la population et non avoir un aperçu cliché comme ce qui est montré à un simple touriste. Malgré que les visites et voir de beaux paysages sont quelque chose de très agréable, ce que j’aime dans les voyages, c’est avant tout le contact avec les locaux, partager nos différentes cultures, nos différentes façons de voir le monde et le côté humain dont on pourra, je l’espère pleinement profiter.

Je suis assez bricoleur et j’ai envie d’aller mettre la main à la pâte pour ces gens, pour qui la vie est loin d’être facile.

J’ai toujours souhaité aider les gens sans jamais vraiment savoir comment m’y prendre. C’est désormais possible et j’ai envie de m’investir et de consacrer du temps pour ces gens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s